This post is sponsored by VMware. Learn about VMware virtualization and cloud solutions for small & mid-size business visit info.vmware.com



This article is available in other languages:

Germany Sans continuité opérationnelle, votre plan de reprise après sinistre perd tout son sensFrance Sans continuité opérationnelle, votre plan de reprise après sinistre perd tout son sensChina Sans continuité opérationnelle, votre plan de reprise après sinistre perd tout son sensNetherlands Sans continuité opérationnelle, votre plan de reprise après sinistre perd tout son sensEngland Sans continuité opérationnelle, votre plan de reprise après sinistre perd tout son sensPortugal Sans continuité opérationnelle, votre plan de reprise après sinistre perd tout son sens

Vous avez prévu toutes les possibilités. Tous vos systèmes sont entièrement automatisés et dupliqués; ils sont programmés pour
basculer en cas d’incident majeur. C’est là qu’une catastrophe se produit: un tremblement de terre de force 7.1 frappe la ville où vous vivez. Les systèmes opérationnels de votre entreprise apparaissent alors automatiquement sur Amazon EC2, grâce à un tour de magie du programme anti-sinistre que vous avez choisi. Votre plan de reprise après sinistre a fonctionné.

Sauf qu’il y a un problème; personne ne va pouvoir s’occuper de ces systèmes. Tous les employés cherchent à retrouver les membres de leurs familles. Le bureau est détruit et ils n’ont nulle part où travailler. Même en essayant, vous n’arriveriez pas à rétablir l’électricité ou une connexion Internet, et le réseau 3G est complètement saturé. Vous ne pouvez même pas joindre les autres employés.

Dans la pratique, beaucoup d’entreprises du secteur des nouvelles technologies semblent penser qu’un plan de reprise après sinistre
équivaut à un plan de continuité opérationnelle. Elles considèrent que c’est l’affaire de leurs techniciens informatiques que de le prévoir, pensant que le “Big One” relève du folklore.

Pourtant, le problème est bien plus fondamental. C’est l’entreprise elle-même qui doit concevoir ces plans et effectuer les changements nécessaires pour pouvoir réagir en cas de catastrophe. Un plan de reprise après sinistre inclut les processus relatifs à la reprise des systèmes opérationnels, mais il ne prend pas en compte le facteur humain de l’équation. C’est là que le plan de continuité opérationnelle entre en jeu, bien qu’il soit trop souvent ignoré.

De nombreuses entreprises que nous rencontrons ont une équipe en charge de l’infrastructure, qui s’est vu confier la tâche de
construire un système résilient en cas de catastrophe. Pour ce faire, elle a utilisé les outils qui disent être conçus pour cet usage, et qui fonctionnent effectivement comme annoncé. Grâce à des services comme EC2 ou Azure, le “cloud” facilite en effet la gestion de l’aspect informatique de la gestion de sinistre.

Néanmoins, cela ne résout qu’une partie du problème. Ces entreprises ont leur plan informatique en main, mais guère plus. Il est probable que leurs managers n’ont pas songé à l’éventualité d’une situation suffisamment extrême qu’elle empêcherait les employés de venir travailler, parce que le désastre serait d’une telle ampleur qu’ils auraient d’autres priorités, à commencer par leurs familles.

Permettez-moi de clarifier ce point: la continuité opérationnelle n’est pas un problème informatique. C’est un problème qui doit être traité à l’échelle de l’entreprise entière. On vous a sûrement confié la tâche de concevoir un système de reprise après sinistre, mais il vous incombe maintenant prévenir votre équipe managériale des autres aspects qu’elle doit gérer. Dans le cas contraire, votre système portera le chapeau quand il “échouera” parce que personne ne sera là pour y travailler.

Vos managers doivent prévoir qui s’occupera de faire tourner vos systèmes si votre ville est mise hors d’action. Qui va gérer la paye? Qui répondra aux requêtes sur votre site? Où donc le personnel pourra-t-il travailler? Avez-vous même pensé où vos collègues
trouveront des ordinateurs leur permettant de poursuivre leur travail?

Avoir un centre de données miroir dans un lieu différent est une bonne chose, mais vous devriez peut-être envisager également de louer des bureaux sur place, et d’avoir là-bas du personnel supplémentaire qui puisse travailler si votre équipe principale n’est pas disponible.

Le coût d’une telle approche peut sembler extraordinairement élevé, mais cela importe peu si votre entreprise doit continuer à tourner et à gagner de l’argent, ce qui est le cas de la plupart des entreprises. La plupart des sociétés ignorent la question de la continuité opérationnelle; elles présument qu’elles ont peu de risques d’être touchées par un “incident majeur” et ne le planifient donc pas, ou alors de façon minimale, en ignorant le facteur humain.

Pourtant, l’informatique est devenue tellement cruciale pour les entreprises qu’il est plus que léger de penser que les opérations
pourraient reprendre sans avoir été planifiées correctement.

En tant qu’informaticien de votre entreprise, je ne dis pas que vous devriez être responsable de développer un plan de continuité
opérationnelle pour vos départements financier ou RH – mais il vous appartient d’avertir les autres de ce qu’ils ont à faire. Prenez cette responsabilité en charge, ou il est probable que personne d’autre ne le fera.